JE « La prothèse qui fait peur ». 1er trimestre 2019, Poitiers

Le Mimmoc et l’EHIC ont le plaisir de vous annoncer l’organisation d’une journée d’étude consacrée à:

La prothèse qui fait peur

Au 1er trimestre 2019 à la MSHS de Poitiers.

 

 

Présentation

L’une des scènes emblématiques du cinéma de Stanley Kubrick est celle de « Docteur Folamour » où le savant fou –un nazi – est sur le point d’être étranglé par sa main artificielle, peu avant la fin de la civilisation humaine entière dont il s’avère l’allégorie. La prothèse focalise sur elle non seulement les espoirs et promesses d’une amélioration constante de la condition humaine –ce que l’on appelle « progrès »–, mais également les craintes que ce qui est conçu comme un supplément ne développe une autonomie incontrôlable et meurtrière, que ce soit par magie ou par intelligence artificielle. Relevant à la fois de l’humain et de la technologie, jusqu’au point de l’indistinction, la prothèse rassemble sur elle toute la problématique de l’instrument-médium et de l’homme-machine (poupées, robots androïdes, cyborgs). Sa propriété serait plus particulièrement qu’elle menace ce qui se veut propre.

Partant d’une base aussi large que possible –celle de l’histoire culturelle des artefacts et techniques qui « augmentent » l’humain– nous nous intéressons surtout au point de bascule toujours inhérent au concept d’identité même, qui est mise au défi par les prothèses.

Notre réflexion part alors du constat du caractère invasif, non seulement des prothèses dernière génération, mais surtout de la métaphore prothétique dans la pensée contemporaine héritière de Heidegger, Mac Luhan, Leroi-Gourhan ou de la French Theory. Car le succès de cette métaphore n’est pas sans lien avec les progrès considérables des techniques endoprothétiques depuis le XXe siècle.

 

Notre JE se fixe comme objectifs :

  • d’analyser les différents usages du terme de « prothèse » comme métaphore heuristique en philosophie, en médiologie (les médias comme prothèses cognitives) ou en sociologie (par exemple : le smartphone comme prothèse informatique).
  • de revenir sur l’histoire culturelle et littéraire de la prothèse, de la proto-prothèse de Pélops à la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt.

L’idée que les prothèses n’ont pas qu’une fonction réparatrice de l’homme diminué, mais qu’elles peuvent être une extension du corps et de ses facultés n’est pas nouvelle et a toujours fasciné l’opinion. Les premières lunettes furent perçues dans l’imaginaire collectif de la fin du Moyen Âge comme un outil de leurre et de transfiguration de la réalité, ce que sont aujourd’hui les lunettes connectées comme système de réalité augmentée. La main de fer de Götz von Berlichingen décuplait selon la légende la puissance de frappe du chevalier, de même que l’on suspecta les lames de course d’Oscar Pistorius de conférer au coureur amputé un avantage mécanique. Il est possible aujourd’hui de concevoir artisanalement un deuxième pouce greffé pour améliorer la préhension ou encore de développer un bras bionique comme prothèse augmentative.

  • d’étudier l’effacement de la frontière entre le vivant et l’inerte, située en particulier à l’interfaçage entre tissus biologiqueset matériaux biocompatibles (notamment interfaces céramique-cellules reconstructrices).
  • de réfléchir aux implications éthiques, politiques, sociales de l’humain augmenté. Ce dernier point notamment relève des compétences du MIMMOC.

 

Rapport au programme quadriennal du MIMMOC

Cette JE s’inscrit d’abord dans le projet de l’axe 2 « circulations ». Une dimension des prothèses (matérielles et métaphoriques) est notamment d’assurer la continuité du lien social, de faciliter la reconstruction des identités (individuelles et collectives) et la constitution de communautés virtuelles. En même temps, les prothèses qui se rendent de plus en plus semblables à l’humain ou le dominent, menacent l’idée de l’intégrité de l’humain et donc d’une communauté humaine tout court. L’axe 1 « démocratie(s) et liberté(s)  » est donc également concerné, car si d’un côté les prothèses apportent de nouvelles libertés grâce à l’extension du domaine de l’humain, de l’autre côté le principe de l’égalité et de l’homogénéité du « demos » est compromis.

 

Effets de synergie

  • Nous entamerons le dialogue avec l’ingénierie et les sciences biologiques
  • Pour les sciences humaines, nous nous adressons aussi bien aux historiens qu’aux anthropologues, sociologues et historiens d’art. Des contributions en sémiologie et linguistique cognitive sont également les bienvenues
  • Nous prévoyons une participation de jeunes chercheurs pour 50% environ

Partenaires

  • EHIC, Université de Limoges – EA 1087
  • IRCER (Institut de Recherche sur les Céramiques), Limoges – UMR CNRS 7315 (demande en cours)

 

Contacts :

Florent Gabaude (EHIC Limoges). florent.gabaude@unilim.fr

Marion Picker (MIMMOC Poitiers) marion.picker@univ-poitiers.fr

 

Recherche

Menu principal

Haut de page